Médecins du Monde publie son baromètre de l’accès aux soins en France des plus démunis | CISS – Collectif Interassociatif Sur la Santé

0
76
Rate this post

13 octobre 2011

Le rejet des plus vulnérables hors du système solidaire d’accès aux soins

D’après le baromètre annuel de l’accès aux soins en France que vient de publier Médecins du Monde ce jeudi 13 octobre 2011, à l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère, le 17 octobre, une étape supplémentaire a été franchie en 2010/2011 dans le rejet des plus vulnérables hors du système solidaire d’accès aux soins. Avec la recrudescence de la pauvreté, se multiplient les conditions de vie pathogènes, le retard aux soins et le retour des épidémies.

Une réponse publique plus sécuritaire que sociale

Depuis plusieurs années, de nombreuses mesures ont été prises sur le plan règlementaire comme législatif qui vont à l’encontre des enjeux de santé publique“, s’alarme Médecins du Monde, ses équipes sur le terrain n’ayant pourtant eu cesse d’annoncer les effets de cette politique, maintenant clairement visibles et dramatiques pour les personnes. Les centres de Médecins du Monde ne désemplissent pas (+ 10 % de consultations médicales et dentaires en 2 ans) et les équipes mobiles multiplient leurs interventions. Elles vont à la rencontre de personnes désormais en logique de survie et font face à des situations d’urgence sanitaire : des publics qui ne se rendent plus dans les lieux de soins et dont les besoins vitaux les plus élémentaires, avoir un toit, un accès à l’eau potable et à la nourriture, ne sont pas satisfaits.

Un retard de soins en hausse

Au total, en 2010, un quart des patients (24%) est venu se soigner trop tardivement, et 45% des consultations nécessiteraient un suivi d’au moins six mois, notamment pour des cas de diabète, asthme, hypertension artérielle, troubles psychiques ou troubles anxieux.

Ces personnes accèdent de plus en plus difficilement au système de soins ou n’arrivent pas à faire valoir leurs droits à la couverture maladie.  Les enfants, dont la fréquentation reste importante (12 % des patients), n’ont pour la majorité toujours pas accès à la vaccination ni même à une simple couverture maladie.

Une précarisation croissante des femmes enceintes vivant en foyer ou même dans la rue

L’année 2010 a été marquée par la dégradation significative des conditions de vie des personnes rencontrées : le nombre de personnes avec un logement stable a baissé de 45 % en 10 ans. La crise de l’hébergement d’urgence a été accentuée en 2011 par la baisse des subventions, et par voie de conséquence, la baisse du nombre de places disponibles.

En témoigne le nombre de femmes enceintes (8 %) et de mineurs (9 %) à la rue reçus par Médecins du Monde. « En 2010, les femmes enceintes ont été plus nombreuses à se retrouver dans la rue ou hébergées par une organisation ou une association », dénonce l’organisation humanitaire. Des personnes en danger sur le plan sanitaire et social.

A télécharger :

“L’accès aux soins des plus démunis en 2011”, le dossier de presse de Médecins du Monde

A consulter en ligne sur le site de Médecins du Monde :

Dossier de presse en ligne sur le site de Médecins du Monde

Observatoire de l’accès aux soins de la mission France – rapport 2010, octobre 2011