31 mai : journée mondiale sans tabac | CISS – Collectif Interassociatif Sur la Santé

0
14

31 mai 2013

La journée mondiale sans tabac a lieu chaque année le 31 mai depuis 1988 sous l‘égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a organisé l‘événement pour la première fois le 7 avril en 1987 ; l’année suivante, la date a été définitivement fixée au 31 mai. La journée a pour but de promouvoir une prise de conscience globale sur les dangers du tabac pour la santé des consommateurs comme de leur entourage : sur 650 millions de fumeurs, 5 millions meurent chaque année à cause de problèmes de santé liés au tabagisme selon l’organisation.

L’OMS estime que d’ici 2020, le tabac sera la principale cause de décès et d’incapacité, avec plus de 10 millions de victimes par an. Le tabagisme entrainera alors plus de décès à travers le monde que le Sida, la turberculose, la mortalité maternelle, les accidents de voiture, les suicides et les homicides combinés…

En 2013, la Journée mondiale sans tabac est axée sur l’interdiction de la publicité en faveur du tabac, de la promotion et du parrainage.

C’est décidé : j’arrête !

La Journée mondiale sans tabac vise à mettre l’accent sur le rôle décisif joué par les professionnels de la santé dans la lutte antitabac. Ces derniers sont en effet en contact avec un pourcentage élevé de la population cible et ils ont l’occasion d’aider les fumeurs à modifier leur comportement. Ils peuvent aussi donner des conseils et des réponses aux questions relatives aux conséquences du tabagisme et donner l’exemple en s’abstenant de fumer.

Des alternatives ?

S’arrêter de fumer est parfois un véritable parcours du combattant et des alternatives au sevrage total de tabac font régulièrement leur apparition. Acupuncture, homéopathie, sophrologie, médecines douces voire cigarette électronique, les méthodes sont nombreuses et proposent une aide à ceux qui souhaitent arrêter de fumer. Leur efficacité est dans la plupart des cas encore à valider et au final, c’est votre médecin qui vous apportera le conseil adapté.

[source : www.journee-mondiale.com]