Communiqués de presse – 2007 – Le CISS (droits des malades, accès aux soins …)

0
51
Rate this post

30 octobre 2007

La Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports a annoncé à l’Assemblée nationale lors du débat sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale qu’allaient prochainement se tenir des Etats Généraux de l’Organisation de la Santé (EGOS).

C’est une bonne nouvelle. Nous n’allons pas dire le contraire après avoir soutenu que la réforme du système de santé passait nécessairement par un large consensus social qui requiert de s’appuyer sur l’opinion de nos concitoyens. En effet, ceux-ci sont devenus très attentifs aux questions que pose notre système de santé car ils ne comprennent pas comment, avec les montants financiers mobilisés (cotisations au régime obligatoire, cotisations aux complémentaires, forfaits, franchises, et reste à charge), ils peuvent se retrouver exclus des soins. Le sentiment de chacun étant de contribuer de façon disproportionnée à un système qui ne parvient pourtant pas à résoudre des problèmes aussi évidents que la répartition des médecins sur le territoire, les dépassements d’honoraires et son corollaire qu’est la difficulté d’accès aux soins pour une frange de plus en plus large de la population.

Nous appelons donc à de véritables EGOS qui mettent à parité :

  • Les réflexions en région et sur le plan national : ne recommençons pas à faire des Etats généraux par le haut, comme si les régions n’avaient rien à produire. La séance de lancement des EGOS peut avoir lieu à Paris mais pas sans expression régionale ! Chacun se souvient encore des Etats généraux de la prévention dont les conclusions ont été adoptées sans tenir compte des attentes en région.
  • L’ensemble des acteurs : les usagers ne doivent pas être une variable d’ajustement dans cette affaire. Les Etats généraux doivent réunir des représentants des organisations de cotisants et des représentants des usagers du système de santé au même titre que les organisations de professionnels de santé, les financeurs, les services de l’Etat et les élus. On ne saurait en effet exclure d’Etats généraux de l’organisation de la santé les usagers du système qui en constituent également les principaux financeurs.

Les EGOS que propose d’organiser Madame Roselyne Bachelot doivent se situer dans l’héritage des Etats Généraux de la Santé qui avaient conclu en novembre 1998 que « le patient devait être mis au centre du système de santé ».

Chiche !

Contact presse :

Marc Paris – Responsable communication – Tél. : 01 40 56 94 42 / 06 18 13 66 95

Téléchargez le communiqué de presse ici.