Communiqués de presse – 2003 – Le CISS (droits des malades, accès aux soins …)

0
9

18 mars 2003

Les médecins spécialistes veulent obtenir de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) la généralisation du dépassement d’honoraires. Prétextant ici la charge de travail dans un contexte de démographie médicale défavorable, et ailleurs la nécessité d’une rémunération plus adaptée à l’exigence particulière du malade. Ils ont déjà commencé unilatéralement à augmenter le prix de ces consultations, organisant un véritable dépassement « sauvage ».

Le Collectif Interassociatif sur la Santé (CISS) ne peut que s’élever contre une telle attitude :
– mettant la CNAM, et tous ceux qui contribuent à son financement, notamment par leurs cotisations, devant le fait accompli, organisant ainsi une pression pour la négociation de leurs tarifs,

– prenant les usagers de la santé en otage, car ils n’ont de fait pas d’autre choix que d’accepter une consultation majorée, soit par impossibilité de trouver un autre médecin en secteur I, soit parce que la relation particulière qui lie l’usager à son médecin le conduit à accepter cette augmentation- accréditant l’idée que décidément le déficit de la sécurité sociale, et plus généralement l’avenir de notre système de protection sociale, n’ont pas à faire l’objet d’approches responsables délibérées et décidées en fonction de l’intérêt général.L’expérience passée nous a enseigné les limites du secteur à honoraires libres. Elle a démontré que ce système aboutit à une augmentation des dépenses de santé pour un service rendu identique puisque la différence de qualité de prise en charge entre le secteur I et le secteur à honoraires libres ne pouvait être établie.

En raison de cet échec, et face à la pression organisée par les praticiens, sans que les usagers de la santé puissent refuser ces augmentations de prix, le CISS réclame que des évolutions responsables se dessinent entre partenaires de la santé, permettant de définir de nouveaux modes de rémunération voire des revalorisations en fonction de critères de qualité préalablement identifiés et reconnus par tous.

Contact presse :
Emmanuel RODRIGUEZ, Confédération syndicale des familles, 01 44 89 86 80.

Téléchargez le communiqué de presse ici