Communiqués de presse – Le CISS (droits des malades, accès aux soins …)

0
17

12 novembre 2007

Le dossier médical personnel (DMP) est dans une impasse sévère. La revue de projet conduite par les trois corps de contrôle fait cependant ressortir que le développement de l’informatisation des données de santé est inéluctable, en raison de l’intérêt individuel à la coordination des soins pour une personne et du point de vue des gains collectifs attendus en santé publique.

Pour autant que soit critique la revue de projet, il faut sauver le soldat « DMP » !
Le séminaire de lancement de Roissy était très prometteur. Aucun de ceux penchés sur le berceau n’imaginait que l’on serait trois ans plus tard dans une logique d’acharnement thérapeutique ! S’il faut tout reprendre, faisons-le. Car nous n’irons pas plus loin sans que nos pouvoirs publics assignent un rôle clair au DMP. Nous resterons au même point si on ne clarifie pas la nature du DMP : personnel ou partagé, en tout cas éthiquement acceptable !
Trois ans de travail et plusieurs millions d’euros dépensés ne peuvent pas être mis à la poubelle face à des enjeux de qualité et de coordination des soins qui nécessitent un outil moderne reposant sur l’efficacité de l’informatique contemporaine dans une société de l’internet.

Les aléas sur le DMP ne doivent pas nous faire oublier que la question de l’informatisation des données de santé est dans une phase tout aussi critique.
Craignant la Cour des Comptes qui consacre le chapitre X de son rapport annuel aux systèmes d’information de santé, la Mission sur l’informatisation des systèmes de santé du Ministère de la Santé s’est empressé de rendre public un document codé « P6 » qui dormait depuis un an dans ses tiroirs ! Cela n’a pas empêché la Cour de produire des observations sévères sur l’absence de schéma directeur cohérent en matière d’informatisation des systèmes de santé.

Les usagers du système de santé ne veulent pas renoncer au DMP, ni à l’amélioration de l’informatique hospitalière qui figure dans le projet Hôpital 2012.
Nos pouvoirs publics, qui revendiquent être à l’écoute de leurs concitoyens, doivent s’appuyer sur les attentes très fortes que ceux-ci expriment dans ces deux domaines.

Un coup d’arrêt sur ces dossiers serait un recul cruel. Il faut au contraire continuer à avancer : du point de vue des patients, des soignants, du développement des technologies d’information et de la communication en santé, et du côté de l’industrie pour réduire la fracture numérique. Il est bien de relancer les travaux pour clarifier le projet de dossier médical personnel à condition :- que l’ensemble des partenaires engagent clairement leur signature en mars prochain,

– et que l’organisme en charge de la conduite du projet se voie reconnaître l’autorité nécessaire.

Contact presse :

Marc Paris – Responsable communication – Tél. : 01 40 56 94 42

Téléchargez le communiqué de presse ici.