Communiqués de presse – Le CISS (droits des malades, accès aux soins …)

0
15

16 janvier 2008

Depuis plusieurs semaines, une personne bénéficiant de traitement contre le Vih/sida est en grève des soins pour manifester son opposition aux décisions prévoyant d’imposer des franchises sur les soins. Deux autres personnes, dont un insuffisant rénal, se sont également mises en grève des soins.

Il ne s’agit pas pour nous d’approuver ces grèves qui constituent un mode d’action dangereux pour ceux qui les entreprennent. En revanche nous partageons leur combat pour la garantie effective du droit à la santé qui figure en lettre d’or dans notre Constitution : « La Nation garantit à tous la protection de la santé ».

Contre l’instauration des franchises médicales, le CISS a usé des formes habituelles de la protestation, s’adressant aux pouvoirs exécutifs et législatifs, sans obtenir aucun véritable écho de la part du gouvernement ni du Parlement.

Le résultat ne s’est pas fait attendre. Des hommes et des femmes, au risque de leur vie, décident de renoncer aux soins. Ils le font en recourant à une forme de protestation ultime comme il y a quelques mois un député pyrénéen en grève de la faim contre une délocalisation ou il y a quelques jours seulement un militant environnementaliste également en grève de la faim pour obtenir la traduction concrète d’un engagement politique.

Déplorant que les mesures gouvernementales amènent à des actions qui mettent en danger la vie des malades, le CISS réclame un moratoire sur les franchises médicales afin que les débats publics promis pour l’année 2008, l’un dans le cadre des Etats généraux de l’organisation de la santé et l’autre annoncé par le président de la République sur le financement des dépenses de santé, englobent l’ensemble des questions sans préjuger par avance d’aucune solution pesant uniquement –et une fois de plus– sur les assurés sociaux.

Contact presse :

Marc Paris – Responsable communication – Tél. : 01 40 56 94 42 – 06 18 13 66 95

Téléchargez le communiqué de presse en cliquant ici.